Histoire et Culture , Prague: Guide Prague: Republique Tcheque - Nozio 0%


Guide de Prague, Republique Tcheque


Auteur: Stevacek





Décharger le Guide Prague:
PDF à emprimer et relier




Prague Histoire Et Culture, Republique Tcheque


L’ancienne Prague

L’histoire de Prague se base sur de nombreux vestiges archéologiques qui racontent l’histoire d’une terre qui était déjà très peuplée à la préhistoire. À l’époque du Saint Empire Romain, la présence importante des Boji (bohémiens en latin) et des peuples germaniques  céda la place au cours du VIème siècle à des peuples d’origine slave.

Après avoir mis un terme aux invasions des Tartares et chassé les Avares en 623, le chef slave Samo fut élu empereur et pacifia la région pour de nombreuses années. Vers 830, l’empire de la Grande Moravie, sous la houlette de Ratislav et grâce à l’action de Cyrille et de Méthode, commença à diffuser le christianisme en terre païenne.


La dynastie des Prémyslides
L’effondrement de l’empire sous le coup des invasions des Huns laissa en place la dynastie des Prémyslides qui, implantés dans les faubourgs nord occidentaux de la ville occupèrent la zone qui abrite l’actuel Château de Prague ; la principale réussite de cette dynastie est l’intégration de la Bohême dans les terres du Saint Empire Romain.

Ayant reçu la Bulle de Sicile des mains de Frédéric II de Souabe qui transformait les princes en rois, en instituant le droit à l’hérédité, les Prémyslides y régnèrent jusque vers 1300, un peu avant l’avènement de Charles IV ; grâce à leur action, au cours de la seconde moitié du XIème siècle, la Bohême devint un Royaume siégeant au Château de Prague.


Le règne de Charles IV

Descendant de la maison du Luxembourg, Charles IV fut sacré roi de Rome et empereur de Bohême à l’âge de 20 ans, puis joua, quelques années plus tard, le rôle d’empereur de l’empire Romain. Très cultivé et amoureux de Prague, il y fit bâtir la première université de l’Europe Centrale et un nouveau quartier de la ville (Nové Mesto). Sous la houlette, Prague devint l’un des centres européens les plus importants.

Les épidémies de peste qui, au cours du XIVème siècle, s’abattirent sur le continent touchèrent durement Prague ; les précurseurs de la Réforme protestante de Luther, Jan Hus notamment, trouvèrent dans la corruption de l’église catholique la cause des terribles épidémies. La condamnation au bûcher de Hus en 1415 entraîna des révoltes dans tout le pays qui déboucheront sur les Guerres Hussites.


Les Habsbourg et le règne de Rodolphe II
En 1458, la victoire des Hussites amena au trône le dernier roi de bohême après la fin de la dynastie des rois Prémislides : Giorgio di Podebrady, un brillant pacifiste. À sa mort en 1471, le règne des polonais commença avant l’avènement des Habsbourg en 1526. Revenue dans le giron catholique, Prague doit sa paix et sa stabilité à l’habile diplomatie de Rodolphe II qui imposa le calme à l’influente noblesse protestante.

Rodolphe II fut le seul empereur autrichien à déplacer la cour du royaume à Prague. C’était un homme réservé et fasciné par la magie, entouré d’alchimistes, d’artistes et d’hommes cultivés comme Kepler et Arcimboldo. À cette époque, Prague est devenue une métropole cosmopolite, effervescente et brillante, connue pour ses splendides palais renaissance et ses belles places.

Les successeurs de Rodolphe II et la mauvaise gestion de la délicate question religieuse ont accru le malaise des protestants qui, avec la célèbre défenestration de Prague (l’événement décisif qui vit trois lieutenants catholiques de l’empereur précipités des fenêtres du château de la ville) marqua le début de la Guerre de Trente Ans en 1618, un conflit qui impliqua toute l’Europe.

Avec la victoire de la Ligue Catholique au cours de la Bataille de la Montagne Blanche de 1621, les Habsbourg mirent en défaite la rébellion et rétablirent leur pouvoir à Prague en germanisant les institutions et en reléguant la ville à la périphérie de l’empire. La ville a connu des heures sombres jusqu’à la fin du XVIIIème siècle, après le mémorable incendie de 1689 qui détruit Prague, qui ouvrit la voie à une reconstruction de caractère baroque.   


La lente renaissance

En 1781, Joseph II promulgua l’Édit de Tolérance en matière religieuse et fédéra les noyaux indépendants de Stare Mesto, Nove Mesto, Hradcany et Mala Strana en créant de fait le noyau historique de la ville de Prague que nous connaissons aujourd’hui. C’est dans ces années que la lente renaissance culturelle qui aboutira, en 1918, à la naissance de la Tchécoslovaquie, marquant ainsi la fin de l’empire, commença.

Avec le déclin des Habsbourg, Prague, la capitale de la Tchécoslovaquie, hérita des principales industries autrichiennes qui fonctionnaient à merveille, grâce à la richesse du sous-sol en matières premières et en minéraux. Au cours de ces années prospères, le progrès technique ouvrit la voie au cinéma, aux tramways électriques et à de nouvelles entreprises. L’année 1938 marquée par le criminel Pacte de Munich et par la brutale invasion de l’Allemagne hitlérienne y mit un terme.

 
La domination du troisième Reich
Au cours de la seconde guerre mondiale, Prague et ses habitants, devenue un protectorat de Bohême et Moldave, payèrent un lourd tribut à la folle doctrine de la Solution Finale. Les juifs Pragois et les ethnies slaves furent durement persécutées et exterminée jusqu’en mai 1945 où l’armée Rouge entra dans la ville et libéra le pays de l’emprise nazie.

En 1948, le coup d’état du Parti Communiste Tchèque plaça le pays dans la sphère d’influence de l’URSS de Joseph Staline et amorce un totalitarisme qui durera plus de 40 ans,. Ayant survécu au Printemps de Prague, héritage de ce « socialisme à visage humain » voulu par Alexander Dubcek, il fut contrecarré en 1968 par l’invasion des chars d’assauts soviétiques.  


Après la Révolution de Velours

Jusqu’en 1989, Prague est restée engoncée dans la « normalisation » qui a volé en éclats au lendemain de la chute du mur de Berlin. Dans le sillage de la Perestroïka  de Gorbatchev, la « Révolution de Velours », sans effusion de sang, ouvrit la voie à une nouvelle ère avec l’élection du dramaturge Vaclav Havel à la présidence de la république et la démission du Parti Communiste.  

Depuis 1993, après la scission de la Tchécoslovaquie qui a donné vie à la République Slovaque et à la République Tchèque dont Prague est la capitale, la ville se présente aujourd’hui comme l’une des métropoles les plus importantes de l’Europe, à la fois centre d’intérêt touristique et centre économique et culturel animé.

 

Auteur:Nozio



Ajoutez à ou




Décharger le Guide Prague:
PDF à emprimer et relier

Choisissez une destination in Republique Tcheque

Choisissez votre destination



  •  



 

Cherchez hôtel à

Quand ? (facultatif)